Choréogramme : chorégraphie pour un idéogramme

 

Sensible à la douleur de sa belle-mère, victime d'une grave maladie, Kunio s'est mis à réaliser une série de mandala portant son nom, « Taë », afin de l'aider à franchir ce passage difficile.

Telle une prière sans cesse renouvelée, il implore sa guérison en utilisant toujours le même idéogramme déroulé au gré de son inspiration et de sa réflexion.

Originaire du Japon, danseur et chorégraphe, le mouvement et l'élan de ses œuvres sont tracés dans la spontanéité, sans dessin préparatoire. Chacune d'entre elles lui demande une préparation mentale afin de garder une même vivacité durant sa création. Il en résulte des œuvres hypnotiques d'une impressionnante rigueur, tout en mouvement, d'une très grande fluidité et élégance.

Il travaille également avec d'autres idéogrammes tels que « Cheval de feu », « Tsuraiyoo » (insoutenable) et quelques autres issus de textes poétiques japonais.